Tribune : Alpha Condé, premier Président de la 4ème République. |Lamine Touré|

C’est la reconnaissance du mérite, le Peuple de Guinée n’est pas ingrat. Les résultats tangibles de son action l’ont élu avant les urnes. Le PRAC ne fait pas rêver, il fixe des objectifs précis. À son entrée en fonction, il avait déclaré qu’il agirait tant et si bien qu’on ne parlerait plus d’une opposition en Guinée. Ce n’était pas une menace, c’était une promesse, le PRAC ne promet rien qu’il ne peut réaliser, il réalise toujours ce qu’il aura promis. La 4ème République débute à un moment où ladite opposition entame sa descente aux enfers. L’Ufdg manque de souffle et d’inspiration au moment où ses militants et sympathisants se retrouvent dans la désespérance. Manque de vision et de lisibilité politique, et en manque aussi de leadership. Une vérité qu’ils n’ont pas voulu entendre auparavant, malgré nos mises en garde répétées , l’éternel conflit entre les sentiments pour Cellou Dallein et la réalité sur le terrain politique . Quant au FNDC (Front national pour la défense de la Constitution) et enfant adultérin de l’ufdg , il n’a plus d’existence dans le paysage politique guinéen. Il est prouvé que les autres formations politiques ayant présenté des candidats aux élections présidentielles et qui n’ont pas dépassé 5 % des suffrages exprimés n’ont représentent plus grande chose aux yeux des populations. Ces leaders de l’opposition, on démontrer qu’ils n’ont ni la maturité nécessaire ni le caractère indispensable pour gouverner. Sans oublier que ces leaders politiques sont suspectés pour la plupart de détournement de deniers publics, lorsqu’ils étaient aux affaires. Les deux principaux concurrents, Alpha Condé et Cellou Dalein ont des idéologies diamétralement opposées et des ambitions concurrentes. Cellou Dalein est trop convaincu de la justesse de ses vues et peu ouvert au dialogue trop est l’ennemi du bien. Le champion de l’ufdg ne paraît pas respecter ceux qui ne pensent pas comme lui. Jamais vu reconnaître une erreur, et a une basse passion égoïste d’avoir toujours raison. » Avoir toujours raison est un grand tort  » disait Michel Rocard. Cellou Dalein n’a pas cessé d’égrener le chapelet d’échecs. Ces défaites consécutives lui attirent désormais la hargne des siens. ! Le PRAC cultive la patience, convaincu qu’il est que chaque chose vient à son temps, mais il faut du temps pour l’attendre. Il a souvent une longueur d’avance sur les autres acteurs politiques de la place, ce qui le met en capacité de surprendre constamment ses partisans et de dérouter souvent ses adversaires. Le PRAC a réussi l’exploit d’imposer un jeu à ses adversaires dont il est le seul à fixer les règles. Pour le PRAC, cette 4e mandature sera la somme et les leçons de ses deux précédents mandats. Nul ne reste éternellement au pouvoir certes, mais l’important est de marquer son passage. Le PRAC est en train de poser les jalons indélébiles pour maintenant et pour la postérité convaincue qu’il est, que l’histoire ne retient pas les sentiments, mais les faits. Les faits historiques sont têtus parce que, avérés. La nouvelle Présidence ouvre une ère de bonheur et de prospérité pour le peuple de Guinée. L’accès à la vérité ne dépend ni de l’héritage ni de la tradition, mais de la raison. Bon vent, Président Alpha Condé ! 

Lamine Touré